Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 22:04

Le mouvement 2011, c'est parti! le dernier numéro du mensuel "profession Education" fait référence à notre action au rectorat !

"La rencontre rituelle de ce début d’automne entre le ministère et le Sgen- CFDT, dans le cadre d’un dialogue social convenu, sur le projet de note de service du mouvement 2011, n’a sans doute pas été complètement vaine.
Le projet qui nous était soumis nous a conduit à concentrer principalement nos critiques et nos revendications sur les bonifications accordées aux enfants à charge dans le cadre du rapprochement de conjoint.
 En effet, le projet de texte pour les enseignants du 2nd degré en proposait l’augmentation, certes insuffisante, mais pour les enseignants des écoles aucune amélioration règlementaire n’était prévue pour faire progresser la situation des familles contraintes de vivre séparément dans l’attente d’une mutation.
Pourtant, inlassablement depuis des années, nous avons toujours tenu le même discours auprès du ministère, dans le premier comme dans le second degré, il faut améliorer les bonifications accordées aux familles, particulièrement pour affirmer le droit des enfants d’être élevés par leurs deux parents.
Nous ne pouvons que nous satisfaire que la version définitive du texte accorde, pour le mouvement 2011, 25 points par enfant à charge lorsque les parents sont contraints de vivre séparés suite à la mutation géographique de l’un deux. Souhaitons que cette sensible augmentation favorise le regroupement de plusieurs familles de l’Académie de Bordeaux, désespérées de voir leurs demandes de rapprochement ne pas aboutir et dont la presse s’était fait l’écho cet été."

 

Bon, 10 points de plus par enfant, le SGEN est content... Une victoire à partager avec le SNUIPP...

Champagne!

Allez les enfants...Y'a plus qu'à faire un voeu... En espérant qu'il soit exaucé...

 

 

Repost 0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 12:28

Article du 16 novembre sur leur blog  

Le SNUipp, tant au niveau national que départemental, porte des demandes de modifications aux permutations informatisées et aux inéats exéats, sans jamais faire de fausses promesses aux collègues qui se trouvent souvent dans des situations personnelles et professionnelles dramatiques.

Le collectif "Mutez-nous" regroupe des collègues de tous départements qui demandent depuis plusieurs années leur mutation en particulier pour les Landes et les Pyrénées Atlantiques. Certaines d’entre elles sont en disponibilité et ne peuvent donc plus exercer leur métier et d’autres sont à plusieurs kilomètres de leurs familles car elles n’ont pas d’autres choix que de prendre leur poste.

Au niveau national, le SNUipp a demandé en groupe de travail CAPN la modification de la règle des années de séparation. Au-delà de trois années le nombre de points n’augmente plus or nous estimons que chaque année de séparation doit compter, de plus il a demandé que les séparations non-effectives (dispo, congés parental…) rapportent des points aux collègues concernés (au moins 50% des séparations effectives) comme pour les changements d’échelons. Notre syndicat a en outre obtenu une augmentation du nombre de points par enfants.

Au niveau départemental le SNUipp (ET LUI SEUL) a demandé que le barème pour les inéats ne soit pas égal à celui des permutations nationales, justement car ce calcul est injuste à plusieurs titres, ce à quoi Madame l’inspectrice d’académie a répondu que c’était envisageable.

En résumé, le SNUipp reste attaché à l’application des règles, quitte à les faire évoluer si nécessaire, mais ne peut tolérer aucun passe-droit.

 

Pensez vous que solliciter TOUS les syndicats, communiquer pour regrouper un maximum de personnes dans notre situation, soit une bonne technique pour obtenir un "passe droit"?

Vous êtes le syndicat majoritaire, celui à qui les enseignants ont donné le plus de pouvoir, vous trouvez nos situations personnelles et professionnelles dramatiques,  vous n'avez rien obtenu, nos situations ne vont donc pas s'améliorer, bon et maintenant vous faites quoi? Dossier classé?

 

Repost 0
Published by valérie
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 21:46

La CFE CGC a obtenu un rendez-vous le 8/12 auprès de la DGRH du Ministère pour soutenir les  dossiers de quelques collègues des Mutez-nous (celles qui les avaient joints).

  Comme déjà annoncé sur l'article précédent "soutien-de-avenir-ecoles-cfe-cgc", ils ne représenteront que celles qui les ont contactés.

- Isabelle LACATON    isa.lacaton@wanadoo.fr  Tél : 06 89 23 36 28
- Franck GIRARD franck.girard13@wanadoo.fr Tél : 06 76 48 79 72

 

Pour info : un article est passé dans femme actuelle à notre sujet par leur biais:

FEMME ACTUELLE : AVENIR ECOLES CFE-CGC REPOND A LUC CHATEL

par Avenir Ecoles 77 - CFE-CGC, mardi 16 novembre 2010, à 19:09

Quand l’Education Nationale prend en otage des Professeures Avenir Ecoles CFE-CGC est le syndicat des enseignant(e)s des écoles Maternelles et Elémentaires publiques de la CFE-CGC. Notre démarche fait suite à l’interview que votre magazine a accordée à Luc CHATEL, Ministre de l’Education Nationale. 

 

Depuis quelques semaines, nous sommes contactés par des collègues femmes en grande souffrance, psychologique, professionnelle et financière, parce qu’elles sont dans l’impossibilité d’obtenir leur mutation départementale pour rejoindre leur mari qui de plus est très souvent fonctionnaire. Certaines d’entre elles vivent cela depuis plus de 4 années ! Ce n’est plus acceptable.

 

Elles ont bien d’autres points communs : elles se sont unies dans un collectif « Mutez-nous », elles sont professionnellement brillantes, très impliquées dans leur métier et leur engagement comme professeure des écoles, je le lis dans tous leurs écrits, est l’engagement de leur vie. Ce sont de jeunes mamans qui, pour ne pas disloquer leur famille se sont mises en disponibilité ou en congé parental.

 

Elles ne subissent ni plus ni moins et je pèse mes mots, que de terribles et injustifiées rétentions administratives, par des services en mal d’entretenir le mal-être enseignant. Comme preuve, je pourrais citer notamment que la plupart d’entre elles n’ont même pas reçu de notification écrite de ce refus de mutation.

 

Je sais que vous ne resterez pas insensible à la détresse d’Alexandra, Quitterie, Céline, Hélène, Pascaline et Caroline.

 

Nous nous tenons bien sûr à votre entière disposition pour une interview et nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

 

Repost 0
Published by valérie
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 19:17

L'association "aide aux Profs"  www.aideauxprofs.org a pour objectifs la défense et la promotion des secondes carrières pour les professeurs de tous niveaux, de tous statuts, du public et du privé, résidant en France et dans tout pays francophone.

Elle s'associe à notre action car leur expérience leur fait penser que "plus de 90% de nos contacts qui envisagent une seconde carrière seraient restés enseignants si leurs conditions de travail et la reconnaissance de leurs compétences avaient été mieux comprises et considérées par ceux chargés de les gérer !"

 

Un article est déjà disponible sur leur site, http://www.aideauxprofs.org/index.asp?affiche=News_display.asp&rub=Notre_Referencement&ArticleID=2796

et Rémi Boyer le président fondateur de l'association nous propose d'autres parutions.

Repost 0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 22:40

Le SNUDI-FO 40 a adressé aux écoles landaises cet après-midi la lettre suivante : 

 
Avec le SNUDI-FORCE OUVRIERE
exigeons  l'intégration immédiate dans les Landes de nos collègues laissées au bord du chemin !
 
Depuis la rentrée scolaire, des collègues syndiquées au SNuipp-FSU, au SE-UNSA, au SGEN-CFDT , au SNUDI-FO et non-syndiquées, regroupées dans le collectif des  ''Mutez-nous!",  se battent pour que la priorité pour rapprochement de conjoint prévue par l'article 60 de la loi n•84-16 du 11 janvier 1984 leur soit  appliquée à elles toutes.
Ces collègues, qui exercent dans des départements très éloignés des Landes (l'une d'elles à son poste en Guyane!), par la force des choses, se sont mises en disponibilité ou en congé parental afin que leur cellule familiale demeure. Elles ont choisi de ne pas se séparer de leur époux, ou compagnon,  et surtout de leur(s) enfant(s) en bas âge pour la plupart au détriment de leur carrière professionnelle.

Elles n'acceptent plus que leurs situations familiales, professionnelles, et souvent financières, soient méprisées par l’Administration depuis 2, 3, voire 4 ans et plus ;

Elles n'acceptent plus que « le bon fonctionnement du service » leur soit opposé alors que les besoins dans tous les départements (ASH-remplacement, formation…), dont les Landes, sont évidents.
A noter par ailleurs que le Recteur a décidé depuis 2 ans maintenant de n'accorder des ineats qu'en intra-académique (entre les 5 départements de l'Académie de Bordeaux).
Ainsi, des collègues girondins avec des barèmes nettement inférieurs aux leurs ont intégré les Landes. Pour elles, c'est une véritable (et légitime) injustice !
 
Le SNUDI-FORCE OUVRIERE, à leur demande, a pris en main et à tous les niveaux, national et départemental, la défense de leur dossier.
Une réunion avec FO et 4 de ces collègues a encore eu lieu lundi dernier, 8 novembre 2010, à Tarnos, pour préparer l'audience auprès du Préfet des Landes demandée par l'Union départementale FO des Landes et prévue le mercredi 10 novembre (un compte-rendu détaillé et rédigé par les collègues est en pièce jointe).
 
D'autre part, constatant que leur demande d'audience au Ministre  datée du 5 octobre 2010 n'avait obtenu aucune réponse, le SNUDI-FO leur a proposé de renouveler la demande en son nom. Ce qui a été fait.
Aussi, les ''Mutez-nous!'' de l'Académie de Bordeaux ont décidé de  lancer un appel en direction des collègues de tous les départements qui subissent la même situation pour une montée nationale à Paris au Ministère le jour de l'audience avec l'appui de FORCE OUVRIERE (la date leur sera transmise dès qu'elle sera connue).
Cet appel sera diffusé par le SNUDI-FO dans tous les départements.
 
Le SNUDI-FO 40 vous invite à soutenir  ces collègues en lutte en signant la pétition ci-jointe et en la retournant  au SNUDI-FO LANDES:
SNUDI-FO LANDES 
(mutez-nous!) 
BP 217  
40004 Mont de Marsan cedex-
 
Pour financer en partie  leur montée à PARIS, nous vous invitons également à leur verser un soutien financier (2, 3 ... 5 euros ou plus - par chèque à l'ordre du SNUDI-FO 40- un reçu vous sera retourné)
 
Syndicalement et cordialement,
 
Le Bureau départemental du SNUDI-FO 40
Repost 0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 22:06
Avenir écoles CFE-CGC apporte aussi son soutien au collectif des mutez nous, mais dans une démarche qu'ils souhaitent personnelle. Les situations que nous vivons sont pour eux purement inacceptables et le syndicat souhaite nous adresser ce message. 

"Plusieurs collègues de votre collectif les "Mutez-nous" ont contacté Avenir Ecoles CFE-CGC pour nous faire part de leurs difficultés familiales et personnelles suite à des demandes de mutations interdépartementales qui n'ont pas abouti. Nous avons pour chacune d'elles analysé la situation et rédigé des courriers à Madame Josette THEOPHILE, DGRH du Ministère de l'Education nationale, aux inspecteurs d'académies, préfets, députés concernés.
Notre souci, c'est l'Humain, car chaque individu est unique.
Nous voulons aller au delà de la gestion de masse que nous vivons au quotidien...
Défendre notre métier, oui, mais à travers la défense de chaque individu, de chaque cas particulier.
Nous pensons que c'est ainsi que nous pouvons être entendus et faire évoluer les choses, pour tous.
Nous voulons juste vous dire qu'Avenir-Ecoles CFE-CGC est à vos côtés et agit pour votre cause."
A chacune de décider de prendre contact...
- Isabelle LACATON    isa.lacaton@wanadoo.fr  Tél : 06 89 23 36 28
- Franck GIRARD franck.girard13@wanadoo.fr Tél : 06 76 48 79 72
Repost 0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 12:24

FO, pensant obtenir une audience au Ministère dans les prochaines semaines voici l'appel qui va être lancé. Tous les syndicats peuvent participer à cette demande et tous les collègues dans notre situation sont invités à se joindre à nous.

 


Appel des « Mutez-nous ! »

de l’Académie de Bordeaux

à tous les départements

__________

  

Constatant que nos nombreux courriers n’ont obtenu aucune réponse et que notre demande d'audience au Ministère du 11 octobre est restée lettre morte, nous avons fait appel aux syndicats.

Le SNUDI-FORCE OUVRIERE demande une audience au Ministère pour les "mutez-nous".

 

Aussi, avec le  SNUDI FO, les ‘’mutez-nous’’ devraient être reçues dans les prochaines semaines*.

 

-  Parce ce que nous n’acceptons pas que la priorité pour rapprochement de conjoint dont nous bénéficions, prévue par l'article 60 de la loi n•84-16 du 11 janvier 1984, ne soit pas appliquée pour nous toutes;

 - Parce que nous n’acceptons pas que nos situations familiales, professionnelles, et souvent financières, soient méprisées par l’Administration depuis 2, 3, voire 4 ans et plus ;

 -  Parce que nous n’acceptons pas que, tant nos demandes que celles des syndicats, n’aient pas été prises en compte dans la nouvelle note de service ministérielle relative à la « Mobilité des personnels enseignants du premier degré - rentrée 2011» (BO spécial n°10 du 4 novembre 2010) ;

-  Parce que nous n’acceptons pas que« le bon fonctionnement du service » nous soit opposé alors que les besoins dans tous les départements (ASH-remplacement, formation…) sont évidents,

 

Nous monterons à Paris, au ministère, là où les décisions sont prises, pour porter notre exigence en haut lieu : notre intégration dans nos départements de résidence au plus vite.

Nous appelons tous les collègues, de tous les départements, qui vivent la même situation à nous rejoindre à Paris, au Ministère*.

 

Pour notre vie familiale

Pour notre carrière professionnelle

Tous ensemble, au ministère, exigeons notre intégration sans délai

dans nos départements de résidence 

 

* Dès que la date de cette audience nous sera communiquée, nous vous la transmettrons.

 

    Pour vous inscrire  dans le collectif des « Mutez-nous ! »

   Pour mieux connaître nos demandes, les actions que nous avons entreprises,

   Pour signer notre pétition : http://mutezmoi.over-blog.org

 

Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 17:10


Le 1 er octobre dernier le SnudiFO 40 nous proposait de demander une audience au préfet des Landes.

Cette audience à été accordée et se tiendra mercredi 10 novembre.

Nous demanderons à ce que celles qui demandent le 40 soient intégrées au plus vite dans le département en surnombre ds'il le faut, sachant en plus que des postes ne sont toujours pas pourvus et que le système de mutation remet, pour l'année prochaine encore, la possibilité concilier carrière et vie de famille aux mains du hasard.

3 collègues, syndiquéesFO,  représenteront la douzaine des membres du collectif concernée.

 

Le Compte rendu d'audience ici!

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 08:27

Ca y est, la note de service tant attendue sur la mobilité des enseignants du 1er degré est parue! Nous allons enfin pouvoir voir les résultats de nos nombreux courriers, de notre camping au rectorat, des demandes de certains élus, du soutien des syndicats et des rencontres du ministère avec chaque syndicat.

Voici le lien : http://www.education.gouv.fr/cid53813/menh1025389n.html

 

Quel changement?

Attention, accrochez vous, c'est révolutionnaire.... Un enfant ne vaut plus 15 points mais 25 points!!!!

Hé oui Mesdames, nous avons gagné 10 points par enfant, yeeeeeeeeeehaaaaaaaaaaa!

Comment ça? ça ne vous fait pas sauter de joie? Avec 2 enfants maintenant, c'est comme si vous en aviez 3,3333333!

Votre enfant cette année vaut 1,6666666 fois celui de l'an passé, il a pris quand même 66 % de valeur!!

Ah ça y est, j'en vois encore qui se plaignent... Ses bonnes femmes alors, jamais contentes!

Je les vois déjà se plaindre...

"oui mais ça ne change pas grand chose quand il faut 600 points en moyenne pour obtenir sa mut"

"ça prends toujours pas en compte le fait qu'on doive se séparer de ses enfants durant des semaines pour recupérer son travail"

"Si on se met en congès parental on ne récupère jamais son métier! et si on se met en dispo pour pouvoir travailler, non plus!"

Ta ta tat, lisez bien!!!

 

La présente note de service,[...] traduit une volonté forte de poursuivre une politique de gestion des ressources humaines qui prenne en compte la situation personnelle et professionnelle des candidats à la mutation tant dans le mouvement interdépartemental que dans les mouvements départementaux.

 

Deplus sur un plan interdépartemental, les situations des personnels relevant de l'article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée : les demandes formulées au titre du handicap, d'un rapprochement de conjoints ou de l'exercice durant cinq années au moins en école relevant d'un quartier urbain où se posent des problèmes sociaux et de sécurité particulièrement difficiles devront faire l'objet d'une attention soutenue.

 

Il va falloir qu'elle soutenue l'attention là je pense...

 

En conclusion, vous l'aurez bien compris, sur le papier, pas vraiment de changement... Je comprends maintenant pourquoi certains syndicats nous ont demandé de monter un dossier handicap à la MDPH pour pouvoir juste nous "appuyer"! Même le personnel administratif nous conseille de faire ça!!! Et oui, 100/100 des personnes ayant fait un dossier pour handicap ont obtenu satisfaction!!! Voilà où va ce système!!!

Les gens ne comptent pas, les familles n'existent pas, et il faut être prête à tout pour passer devant l'autre, devant la collègue ; faire du papier, engorger le système un peu plus, faire des faux, faire faire des faux à des professionnels, coûter de l'argent à la société, saturer des structures qui ont déjà du mal à accorder l'attention suffisante à des personnes gravement handicapées...

Alors en effet, il ne suffit pas d'aller "ramener sa gueule et pleurnicher devant le rectorat pour avoir sa mut" comme diraient certains, il faut juste être vicieux, malhonnête et faire ses petits coups en douce! Une vraie leçon de morale!

Alors là, mes pauvres filles des "mutez nous" on a rien compris!!!

Repost 0
Published by valérie
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 16:22
 Le snudi FO nous informe que malgré les propositions faites par les syndicats au MEN, seules 2, à la marge, semblent être retenues:

1- disparition des postes protégés pour les néo-titulaires dans le cadre des mouvements intra-départementaux

2- prise en compte dans le barème "enfants à charge'' de la notion "d'enfant à venir" sur la base d'un certificat de grossesse comme pièce justificative.

 

Le SNUDI-FO  a pris une décision lors du Conseil National: celle de ''nationaliser'' ce dossier en lançant un appel à tous ses syndicats départementaux pour regrouper un maximum de collègues qui subisssent cette situation, en vue d'une délégation au MEN avec des déléguées d'un maximum de départements.

 


Conseil national St Jean de Monts  20 - 21 octobre 2010

Extrait de la résolution générale

 

  Pour le respect du droit à mutation

 

- interdépartementale (ineat/exeat).

 

Le CN dénonce le fait que la situation créée par les 7 000 surnombres conduit à un blocage quasiment systématique des demandes d’ineat, à un blocage circonstancié des demandes d’'exeat et à un refus de plusieurs demandes de réintégration après disponibilité dans certains départements.

Ce blocage sans précédent, entraîne des situations préoccupantes, voire dramatiques pour de nombreux collègues qui, à cette rentrée, demandent que soit respecté le droit à mutation, en particulier pour les situations prioritaires définies par l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée (rapprochement de conjoints, situation médicale et/ou sociale et familiale, affectation en zone violence).

Ainsi dans l’'académie de Bordeaux, plusieurs collègues en attente d’un exeat et/ou d’un ineat se sont adressées au recteur. Ces collègues contestent l’'argument des « surnombres » au regard des besoins immenses dans l’'a'cadémie et demandent leur intégration.

 

Alors  que les besoins en postes sont partout considérables, qu’i'l est indispensable dans l’intérêt du service comme dans l’intérêt des personnels de rétablir les postes supprimés, que les IA expliquent dans les CAPD que dans les prochaines semaines, voire dans les prochaines jours, les personnels en « surnombre » seront affectés et qu’après ces opérations d’affectation, d’autres postes deviendront vacants pour différentes raisons et devront être pourvus avec des personnels disponibles.

 

  • le CN du SNUDI-FO exige des IA, des recteurs et du ministère :

- que des solutions soient trouvées en urgence dans le respect de l’article 60 de la loi du 11 janvier 1984 donnant la priorité au rapprochement de conjoint, en particulier en permettant que les collègues concernés soient intégrés  dans les départements sollicités afin de régler les situations humaines douloureuses.

 

  • Le CN invite les sections et syndicats départementaux à regrouper les collègues concernés pour prendre toutes les initiatives nécessaires pour le respect du droit à mutation et en particulier  pour organiser avec le SNUDI-FO une délégation au ministère afin qu’'une solution positive et immédiate soit trouvée.
Repost 0
Published by valérie
commenter cet article

Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives