Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 23:59

Objet : Lettre ouverte à Madame VALLAUD-BELKACEM

Élèves sans professeur, professeurs sans élève, crise de la vocation, recours aux contractuels : quand les aberrations du système de mutation masquent des solutions évidentes !

Madame la ministre,

Nous vous écrivons, à la veille de la rentrée 2015, pour vous alerter sur les graves dysfonctionnements administratifs, ainsi que l’immense gâchis humain et financier que nos élèves, votre ministère et les citoyens ne peuvent plus tolérer. Cette situation est d’autant plus inadmissible dans un contexte de crise de recrutement dans l’Éducation Nationale, d’exigence d’exemplarité, et de volonté de simplification administrative.

Nous sommes un groupe national d’entraide, d’information et d’action qui milite pour que se résolvent les situations des enseignants du 1er degré en attente de mutation pour priorités légales.

Notre collectif dénonce la non-application des priorités légales de mutation telles qu’énoncées dans l’article 60 de la loi du 11 janvier 1984 mais également l’engorgement du système de mutation dans le 1er degré qui bafoue, plus généralement, le droit à la mutation pour tous.

Concrètement, nous représentons plusieurs centaines d’enseignant(e)s, qui ont obtenu le concours de recrutement de professeur des écoles après 4 ans d’études, ont été formé(e)s pendant un an, et ont pour la plupart une expérience significative du métier.

Or, parce que notre conjoint(e) a été muté(e), et que nous faisons partie des 80% d’enseignants du 1er degré qui chaque année n’obtiennent pas satisfaction suite à leur demande de mutation, nous devons faire face à l’arbitrage suivant :

  • continuer à exercer notre métier loin de notre famille, ce qui entraîne des fractures humaines aux conséquences sociales dramatiques : enfants loin de l’un de leurs parents, couples mettant en attente pour une durée indéterminée leur souhait de fonder ou d’agrandir leur famille, voire des séparations comme nous l’a fait remarquer non sans un certain cynisme notre administration.
  • ou renoncer à exercer notre métier pour rester auprès de notre famille. Dans ce cas, nous prenons une disponibilité forcée, notre carrière s’arrête net. Comme nous sommes majoritairement des femmes, il s’agit là d’une discrimination indirecte avérée. Nous nous inscrivons à Pôle Emploi qui n’hésite pas à nous envoyer des mails impersonnels nous proposant de passer le concours pour devenir… professeur des écoles ! Aucune solution n’est mise en place en terme de soutien pour faciliter une insertion temporaire sur le marché du travail : nous ne pouvons pas effectuer de remplacements dans les écoles, y compris dans les écoles privées, nous n’avons plus accès à la formation, les détachements n’existent quasiment pas, bref notre administration nous tourne le dos. Si nous sommes senior, nous cumulons les difficultés : nos enfants ne comptent plus dans le barème alors que nous devons financer leurs études, nous sommes indésirables sur le marché de l’emploi.

Savez-vous que certain(e)s d’entre nous finissent par se reconvertir ou démissionnent, soulagé(e)s de ne plus vivre cette situation d’attente incessante, d’angoisse permanente ?

Si nous comprenons très bien que des ajustements sont nécessaires et délicats pour résoudre les différentes problématiques de ressources humaines locales, certaines solutions de bon sens, simples et efficaces, ne nous semblent jamais mises en œuvre :

  • déterminer les places à pourvoir au concours en tenant compte du vivier d’enseignants qui attendent d’intégrer l’académie,
  • recourir également à ce vivier avant de recourir à des contractuels non formés,
  • faciliter les autorisations de sortie afin de régulariser au moins les situations des enseignants ayant obtenu l’autorisation d’entrer dans une autre académie,
  • prendre en compte l’ancienneté de notre demande (qui peut aller jusqu’à 10 ans), et non le barème qui stagne après 4 ans d’attente ;
  • améliorer la concertation et la clarté sur le plan des informations transmises par vos différents services administratifs,
  • améliorer la qualité de l’écoute face à ce qui nous apparaît comme un risque psychosocial majeur,
  • limiter autant que possible les mutations « hors cadre », celles des enseignant(e)s ayant eu la chance d’épouser un inspecteur académique, un médecin, un maire… et dont la mutation est donc traitée de manière spécifique et relativement opaque.

Nous sommes persuadé(e)s que l’écoute et l’intelligence collective constituent les prémices du dialogue,

Nous souhaitons enrayer l’immense gâchis en cours,

Nous croyons en votre volonté réformatrice,

Plus que tout, nous souhaitons continuer à transmettre les valeurs de la République devant nos élèves, et non plus nous épuiser dans des conflits stériles contre notre administration,

Nous attendons donc de votre part, Madame la Ministre, de réelles mesures, et nous nous tenons à votre disposition.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Collectif MUTEZ NOUS
commenter cet article

commentaires

Martinez 24/02/2017 12:09

Bonsoir
je me nomme martinez j'ai 27ans j’étais dans une situation mais la chance ma souris voici mon histoire. Je vivais ensemble à Marseille avec mon mari, quand en 2014 il m'a quitté alors qu'il me disait qu'il m'aimait plus que tout et me disait encore que je suis la femme de sa vie que bientôt qu'il va me demander en mariage. subitement Ces appels devenaient rares et il décrochait quelque fois seulement et après du tout plus quand je l'appelais. En Janvier 2015, il décrocha une fois et m'interdit même de le déranger. Toutes les tentatives pour l'amener à la raison sont soldée par l'insuccès. Nos deux parents les proches amis ont essayés en vain. Par un calme, après midi du 12 février 2015, alors que je parcourais les annonce d'un site d'ésotérisme, je tombais sur l'annonce du GRAND MAITRE MARABOUT Razack. Le grand maître me promettait un retour au ménage au plus 2 semaines. Au premier il me demande d’espérée un appel avant 72 heures de mon homme, ce qui se réalisait 48 heures après. Je l'informait du résultat et il poursuivait ses travaux . Grande fut ma surprise quand mon mari m’appela de nouveau 5 jours après pour m'annoncer son retour dans 03 jours. Je ne croyais vraiment pas. Depuis son retour tout était revenu dans l'ordre. c'est après le retour de mon homme a la maison que je décida de le récompenser pour le service rendu car a vrai dire j'ai pas du tout confiance en ces retours mais cet homme m'a montré le contraire.vous pouvez le joindre par mail pour toutes vos soucis et autres car il est vraiment du cœur a venir en aide aux personne qui en son dans le besoin d’être aidez :
Je me permet de vous laisser ces coordonnées : maitre.razack@gmail.com ou marabout.razack@hotmail.com

Je suis heureuse dans ma vie grâce a cet homme

Martinez 24/02/2017 12:08

Bonsoir
je me nomme martinez j'ai 27ans j’étais dans une situation mais la chance ma souris voici mon histoire. Je vivais ensemble à Marseille avec mon mari, quand en 2014 il m'a quitté alors qu'il me disait qu'il m'aimait plus que tout et me disait encore que je suis la femme de sa vie que bientôt qu'il va me demander en mariage. subitement Ces appels devenaient rares et il décrochait quelque fois seulement et après du tout plus quand je l'appelais. En Janvier 2015, il décrocha une fois et m'interdit même de le déranger. Toutes les tentatives pour l'amener à la raison sont soldée par l'insuccès. Nos deux parents les proches amis ont essayés en vain. Par un calme, après midi du 12 février 2015, alors que je parcourais les annonce d'un site d'ésotérisme, je tombais sur l'annonce du GRAND MAITRE MARABOUT Razack. Le grand maître me promettait un retour au ménage au plus 2 semaines. Au premier il me demande d’espérée un appel avant 72 heures de mon homme, ce qui se réalisait 48 heures après. Je l'informait du résultat et il poursuivait ses travaux . Grande fut ma surprise quand mon mari m’appela de nouveau 5 jours après pour m'annoncer son retour dans 03 jours. Je ne croyais vraiment pas. Depuis son retour tout était revenu dans l'ordre. c'est après le retour de mon homme a la maison que je décida de le récompenser pour le service rendu car a vrai dire j'ai pas du tout confiance en ces retours mais cet homme m'a montré le contraire.vous pouvez le joindre par mail pour toutes vos soucis et autres car il est vraiment du cœur a venir en aide aux personne qui en son dans le besoin d’être aidez :
Je me permet de vous laisser ces coordonnées : maitre.razack@gmail.com ou marabout.razack@hotmail.com

Je suis heureuse dans ma vie grâce a cet homme

Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives