Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 17:50

Je récapitule :

- les entreprises : dossiers administratifs / vœux sur formulaire informatique ou papier / photocopies de pièces justificatives / lettres /emails / tweets / coups de téléphone / rencontres / rendez-vous / audiences / tables rondes / conversations / débats / interviews/ manifestations / campings / pétitions / compte-rendu / tracts / briefings / debriefings / recours gracieux ou hiérarchique... etc.

- les interlocuteurs : proches / parents d'élèves / collègues / syndicats / journalistes *tous* médias confondus / DASEN / recteurs / DGRH / directeurs de cabinet / adjoints / députés(-maires) / sénateurs / ministre / président / médiateurs académiques / assistantes sociales / médecins traitants / médecins-conseils académiques / psychiatres /... etc.

Au sein du Collectif Mutez-Nous, l'on fait - et je fais ! - tout ce qu'il est possible de faire pour rien !

En arrêt pour "épisode anxio-dépressif majeur", j'ai envie de dire une bonne fois pour toutes : M**** !

Le système de mutation des enseignants du premier degré actuel bafoue ma priorité légale de mutation pour rapprochement de conjoint (article 60 de la loi du 11 janvier 1984) et le droit au respect de ma vie privée et familiale par l'autorité publique (article 8 de la Convention européenne des droits de l'Homme) : on m'empêche d'exercer ma vocation ET de vivre avec mon conjoint (et au plus près "EasyJetiquement" de mes parents et de ma fratrie !). À 550 kilomètres de mon conjoint depuis deux ans officiellement et quatre ans dans les faits plus de huit mois par an... On peut dire que je me sens seule, condamnée sine die à travailler loin ! Je suis sans échéance, sans perspective, sans lui ! Ce n'est pas une vie !

Bienheureux celles et ceux qui n'ont pas besoin d'éprouver cette inexprimable torture.

Pas tout le temps, pas sur tout, pas par tous - et encore heureux parce que la situation en elle-même est déjà assez insupportable comme ça ! - je suis moquée / sermonnée / enfumée / méprisée / culpabilisée DONC déprimée / désespérée / suicidaire. Après toutes ces années, pour moi et pour tous celles & ceux qui connaissent cette situation, j'en ai assez de m'entendre dire de "patienter" / d'"attendre" / que "[mon] tour viendra" / et - pour garder le meilleur pour la fin, surtout de la part d'un médecin ! - que "sauf chose grave, l'on ne peut rien pour [moi]" !... Mais C'EST GRAVE.

Le pire, c'est que je suis tellement lucide sur mon cas que je me bats bêtement pour que le système change POUR TOUTES ET TOUS !

Donc à celles et ceux qui ont la gentillesse de me le demander, désolée, mais, quand j'ai le courage de penser à la chose : NON, CA NE VA PAS MIEUX ! Je parviens seulement à profiter de ses bras, car c'est aussi précieux que rare !

Et oui, outre l'arrêt-maladie devenu une nécessité, j'ai pensé : à la disponibilité / à l'enseignement dans le privé / à l'enseignement dans le secondaire / au congé de formation / au détachement / à la démission / à "divorcer" ?!....... pour celui qui s'est cru drôle un jour de manifestation devant l'Assemblée Nationale (Eric Zemmour pour ne pas le nommer !) / à repasser mon concours dans une autre académie / à la reconversion / à "cesser de demander une mutation utopique et manifestement impossible à avoir" / à saisir le tribunal administratif (avec quel argent ?) / à la grève de la faim / à m'enchaîner je-ne-sais-trop-comment-devant-j e-ne -sais-trop-qui-ou-quoi / à donner des cours du soir à mon compte ou pour je ne sais quelle boite / à "arrêter de me plaindre" / à nos dettes et à notre confort de vie / à mes élèves / à ma santé / à ma famille / à mon conjoint.... etc.

SAUF QUE ma demande d'exercer ma vocation ET de vivre avec mon conjoint est LÉGALE et LÉGITIME : je me bats pour faire CE que j'aime AVEC CEUX que j'aime ! Avec 77% d'insatisfaction aux permutations informatiques 2013-2014 dans le 1er degré, le seuil d'alerte n'est-il pas franchi ?


Ceci était un message de l'un des 3 163 professeurs des écoles français toujours en attente de mutation sur rapprochement de conjoint : EXCUSEZ-NOUS DE VOULOIR AVOIR UNE VIE EN DEHORS DE NOTRE TRAVAIL ! MUTEZ-NOUS !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Collectif MUTEZ NOUS
commenter cet article

commentaires

plombier paris 16/02/2015 13:51

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

plombier paris 9eme 31/01/2015 18:51

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

plomberie paris 2eme 30/01/2015 11:40

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

bidule 04/01/2015 22:40

Si vous avez pas compris je peux plus rien pour vous.

bidule 04/01/2015 22:39

Que votre ien dise ouf ! Quand vous partez !!!! Loin !!!

Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives