Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 17:25

Toujours pas de mutation à l'horizon. Des portes qui se ferment, des personnes qui rejoignent le collectif.

Ca n'augure rien de bon, non ? Oui, plus on est, plus on agit, mais le travail me paraît titanesque avec toutes ces personnes coincées loin de leur famille.

 

Les Mutez Nous ont pris un coup dans l'aile le 14 mars. Un grand ras le bol, de la désespérance pour certaines. Va t-on nous entendre ?

On s'apprête à reprendre le boulot à 9000 km, à 3h de route, à 900 km, ou à rester encore chez soi près de sa famille sans salaire, à la rentrée 2011, pour certaines depuis des années.

 

Et à la lumière des résultats des permutations, toujours le même constat :

Des personnes rentrent dans nos départements avec des barèmes moindres et même sans priorité !

Dans mon département, on rentre avec 36 ou 39 points, c'est à dire sans priorité aucune (L’article 60 de la loi du 11 janvier 1984 ). On me dit que ce département accueille peu parce qu'il est excédentaire. Ah bon ?

Si. Il accueille mais sans respecter la priorité pour rapprochement de conjoint. J'attendrais donc encore.

 

Le département d'où je viens est déficitaire chronique (des personnes en sortent avec un barème inférieur au mien quand même). Soit. Je dois donc y passer ma carrière entière ? Assures-je donc moi-même le service public dans ce département ? Je travaille à 50%, je suis crevée par cette route interminable et dangereuse. Suis-je vraiment efficace ? Je suis bien la seule à me poser cette question.

Je ne peux même plus, juste me rapprocher de ma famille, je suis au plus près.

 

Le service public de l'Education Nationale, les élèves, méritent mieux que des personnels désespérés. Nous sommes encore et toujours passionnées par notre métier, malgré tout. Sinon, nous changerions de carrière, même si ce n'est pas simple.

 

Alors inlassablement, nous interpellons les Recteurs, les Inspecteurs d'Académie, les syndicats, les élus, les acteurs sociaux (qui ne peuvent rien pour nous). Dans ce monde difficile où le chômage fait rage, où les conditions de travail sont difficiles pour tout le monde, nous essayons de montrer qu'être fonctionnaire n'est pas toujours si "facile". Nous avons la sécurité de l'emploi qu'on nous oppose à chaque fois. Mais devons nous subir pour autant des conditions de travail difficiles sans les dénoncer ?

 

-Nous demandons à nouveau, à ce que la priorité de rapprochements de conjoint soit vraiment prise en compte.

-Que le problème des départements déficitaires soit réglé autrement qu'en retenant les personnels contre leur gré alors qu'ils peuvent rentrer dans le département où leur conjoint (et enfants) habite car les besoins existent.

 

En région Centre, nous serons le 11 mai avec les syndicats devant le rectorat d'Orléans pour que les mutations soient revues avant la rentrée 2011, que les situations difficiles soient prises en compte, et que le rapprochement de conjoint soit respecté.

 

Karine

Partager cet article

Repost 0
Published by mutez nous
commenter cet article

commentaires

Marina 22/04/2011 15:13


Allez ma poule, on pourra peut-être co-voiturer l'année prochaine, ce serait un moindre mal...


KARINE DE TOURS 22/04/2011 13:30


Bonjour Mélissa,
Nous serons devant le rectorat d'Orléans le 11 à 14H30. Le Snuipp sera là, ainsi que nous l'espérons les autres syndicats UNSA et FO. Dans le collectif, il y a plusieurs filles coincée dans le 45,
tu peux nous rejoindre !

La marche à suivre :
Pour s'inscrire au collectif il suffit d'envoyer par mail à v_motti@hotmail.com :

- ta synthèse en suivant le modèle de la page http://mutezmoi.over-blog.org/pages/les-mutez-nous-3651788.html

- ton témoignage


Nous te renseignerons ensuite sur les différents moyens pour communiquer de toute la France.
A bientôt !
Tu peux aussi me contacter pour la Région centre (karinedetours@hotmail.fr)


DEBEZ Mélissa 22/04/2011 12:04


Bonjour,
je suis professeur des écoles dans le Loiret. Voilà 2 ans que je suis éloignée de mon conjoint (comptabilisé seulement une année!). Nous n'avons pas obtenu satisfaction aux permutations, très peu
d'espoir pour les exeat-ineat et en plus mon mi-temps annualisé sur autorisation m'a été refusé. Alors j'essaye de suivre toutes les manifestations faites pour les "non-mutés". Pourrais-tu me
donner plus d'information sur le mouvement qui se déroulera le 11 mai au rectorat. Je te remercie par avance.


Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives