Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 14:32

image1-2010-02-01-22-27-45--0100.jpegimage0-2010-03-09-00-38-44--0100.jpegimage2-2010-03-05-20-04-32--0100.jpegimage0-2010-06-30-22-12-33--0200image2-2010-06-30-22-11-09--0200image2-2010-06-30-22-12-39--0200

 

Voila un an maintenant que j’ai commencé ce blog, un an et une semaine pour être exacte…

Dans 3 jours je devrais reprendre une classe, vers Meyzieu ou par là, laissant mes deux enfants et leur papa se démerder sans moi, comme l'an passé, squattant à nouveau chez les potes, leur ramenant par la même occasion mon « carton de la loose », quoi que je crois bien l’avoir oublié sur place la dernière fois :)… Bref…

 

Il y a un an exactement c’était mon premier jour de classe, et j’étais là-haut, j’avais viré la petite Emmie de sa chambre pour m'y installer, je m’étais présentée aux élèves comme leur nouvelle maîtresse avec qui ils finiraient l’année, alors qu’ici ma petite Lili était malade, la carte vitale était à 900km et les bras de sa maman aussi. Je m’étais lancée dans « la chanson du soir » à mes enfants au téléphone, qui, à la place de les endormir leur avait fait piquer une crise… (28 janvier 2010 : http://mutezmoi.over-blog.org/article-43840974.html )

Cette année j’ai demandé un mi-temps annualisé sachant que moralement et physiquement je ne pourrais pas repartir, que faire ma valise et assurer une classe me seraient insurportables et que faire revivre ça à mes enfants sachant qu’en plus je ne tiendrais pas plus d'un jour serait une absurdité… Alors pourquoi ? Juste pour « gagner les points » indispensables à une éventuelle mutation… Voilà c’est dit ! Le système m’a eu, je suis entrée dans ce beau bordel les 2 pieds dedans pour « garder mon métier ».  Aucune morale dans cette histoire donc ?

Je ne suis pas fière de ce que je dois faire aujourd’hui parce que, alors même que j’en ai fait la demande, repartir travailler à Lyon me semble suicidaire… Mais je suis quand même fière du chemin accompli…

 

image0-2010-08-25-22-10-18--0200image0-2010-08-27-00-16-44--0200image0-2010-09-02-09-05-40--0200image2-2010-09-01-00-43-26--0200image0-2010-11-08-17-10-29--0100image1-2010-12-13-13-55-42--0100

 

Durant cette année le système qui permet d’arriver à de telles situations a été dénoncé jusqu’au plus au lieu…

Tout a commencé par une action « baptême », toute seule au rectorat, pour un premier repérage, puis une semaine de camping avec Elsa, Sarah et Alexandra où Céline C., Quitterie et Céline G. viennent nous rendre visite et s’associer à notre mouvement, puis c’est le début du collectif qui se développe grâce à ce blog et les relais (média, presse, radio, TV). Puis trois audiences obtenues au ministère et à l’Elysée grâce au soutien actif de 2 syndicats (SNUIDI-FO et CFE-CGC) qui se démènent pour nous, chacun à sa façon, avec ses convictions, mais tous deux réclamant que nos situations soient débloquées au plus vite. L’audience du 13 décembre à Paris à été aussi l'occasion pour 12 d’entre nous, de nous rencontrer sous « haute surveillance » , renforçant encore le groupe par un vécu commun, une grande solidarité de toutes et une action symbolique forte. Le groupe apporte à chacune de nous informations, soutien, réconfort, à tout moment du jour (et de la nuit !) grace à des rencontres, le téléphone, les mails, ainsi qu’un « groupe privé » , que vous autres, lecteurs, ne verrez jamais ( enfin j’espère :D).

 

Et aujourd’hui, une nouvelle action, menée de front par Caroline, dans les Landes, accompagnée cette fois des parents d’élèves pour dénoncer l’absurdité : des dizaines de classes sans enseignant par manque de remplaçants, alors que là, devant le portail, se trouvent des enseignantes voulant travailler, mère de ces mêmes enfants et à qui on refuse leur intégration pour cause de « surnombre » et dans « l’intérêt du service ». Il y a un an, je partais seule en disant « mutez-moi », maintenant nous sommes 48 et non seulement nous voulons notre mutation, parce qu’enseigner est notre choix mais en plus parce qu’il n’est pas admissible qu’on refuse d’intégrer des enseignantes formées et expérimentées pour « l’intérêt du service » alors que la formation des enseignants est réduite à néant et que des élèves, nos propres enfants pour certaines, n’ont plus classe depuis des jours !!! Nous sommes 48, et l’indifférence de nos responsables ne feront qu’augmenter ce nombre, poussées par le soutien d’élus, de syndicats, de parents d ‘élèves et de tous ceux qui nous soutiennent. Nous avons obtenu peu pour le moment, un peu quand même (petite modification des barèmes, intégration d’une enseignante, étude de nos dossier par la DRH au Ministère), mais nous y avons beaucoup gagné.

Il y a un an, l’air de rien, un combat débutait et je suis fière de ce qu’il devient grâce à des femmes engagées, battantes et responsables. Merci les filles!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by valérie - dans au quotidien
commenter cet article

commentaires

DENIS 02/02/2011 15:08


Bonjour, je viens de découvrir ton blog et toute cette histoire lamentable de demande de mutation non obtenue. Ca me désole vraiment de ne rien pouvoir faire de plus... Ca me fait peur aussi (mon
mari est sujet à mutation...pour l'instant on a réussi à éviter), en ayant un peu lu ton blog, je réfléchirai à deux fois avant de demander ma mutation... On n'imagine pas (même si tu le décris
assez bien) la détresse de toutes ces familles qui sont dans ta situation. Je vais faire circuler l'adresse de ton blog, signer la pétition...et penser très fort à vous!
Bon courage!
Magalie


Masson Caroline 28/01/2011 17:51


Merci à toi surtout !


stéph 28/01/2011 17:34


Merci à toi... plein de bonnes choses pour tes p'tits loups qui sauront être super fiers de leur maman!!


Picard 28/01/2011 17:28


Oui, un grand merci à toi Valérie pour tout ce que tu as déjà accompli. Beaucoup de courage pour les semaines à venir. Je te souhaite enfin la mutation tant attendue .


caroline V. 28/01/2011 16:22


un grand merci à toi Valérie.


Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives