Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 22:28

Tout comme pour le 1er degré, il existe également des dysfonctionnements dans le système actuel de mutation des professeurs du 2nd degré.

 

Le système de calcul des barèmes mis en place pour pouvoir muter handicape fortement les mamans enseignantes (les papas enseignants aussi) qui veulent travailler et vivre avec leur famille et qui se voient contraintes :

·         soit de retourner enseigner seules, loin de leur domicile familial (conséquences : des problèmes financiers avec double logement et transport, des problèmes de santé, des problèmes pour les enfants et les conjoints, etc..)

·         soit de prendre un congé parental et/ou une disponibilité (conséquences : des problèmes financiers avec l’absence de revenus, des problèmes de carrière avec des années blanches, des problèmes psychologiques avec un sentiment de gâchis et d’inutilité, etc…)

 

En conséquence, nous demandons au Ministère de l’Education Nationale et aux syndicats d’enseignants de mieux prendre en considération la question des séparations de conjoints, en modifiant le mode actuel de calcul des barèmes de mutations, et ce pour plusieurs raisons :

·         il est trop facile à biaiser : l’exemple de jeunes enseignants pacsés l’année même du concours, sans enfant, qui passent, au bout de 2 à 3 ans d’ancienneté seulement, devant des situations comme les nôtres.

·         il ne tient pas suffisamment compte des enfants : 75 points seulement par enfant, alors que, par exemple, en PLP « Anglais – Lettres », il fallait près de 800 points pour intégrer l’académie de Nantes en 2010.

·         il pénalise durement (en termes de points au barème) les enseignants qui se voient contraints de prendre un congé parental et/ou une disponibilité, afin de pouvoir vivre auprès de leur famille. En effet, les périodes de congé parental – disponibilité ne sont pas considérées par l’Administration comme des années de séparation et n’ouvrent droit à aucun point au barème des mutations.

·         il ne respecte pas le droit à mutation pour les situations prioritaires définies par l’article 60 de la Loi du 11 janvier 1984 modifiée (rapprochement de conjoints, problèmes médicaux ou situation de handicap, etc…). 

 

Apportez votre témoignage

 

N’hésitez pas à témoigner, si vous êtes enseignant du 2nd degré et pensez qu’il est nécessaire de modifier les règles actuelles de mutation pour rapprochement de conjoints, notamment en prenant davantage en considération les situations de prises (forcées à cause de l’éloignement familial) de congé parental et/ou de disponibilité.

Partager cet article

Repost 0
Published by valérie
commenter cet article

commentaires

X5494 10/04/2012 12:09

Les points "années de séparation" sont là pour bonifier les couples réellement séparés par le travail ... au quotidien !!!
Je trouve contestable les propos ci-dessus car il n'y a aucune raison de bonifier des couples en congés (maladie, parentaux) qui ne font pas l'objet d'une séparation. Il faut arrêter de jouer sur
les 2 tableaux.
Je fais partis des couples pacsés sans enfant qui ont du partir pendant 3 ans. J'ai gagné honnêtement mes points par rapport à un couple avec 1 enfant par exemple qui aurait seulement 1 an de
séparation. Il n'y a aucune raison de le laisser passer devant moi (il a des points pour son enfant) si j'ai accumulé davantage de point.

Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives