Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 09:34

benquet 01

168122_10150090362684207_574574206_5894013_4807020_n.jpg

Vendredi 28 janvier, à l’ouverture de la classe, des parents d’élèves se sont rassemblés pour dénoncer l ‘absence d’enseignant pour leurs enfants. Depuis le 17 janvier, l’enseignante des 27 élèves des tout-petits/petite section, en arrêt  car souffrant d’une fracture de la jambe, n’a pas été remplacée.

Déterminés à ce qu’une solution soit trouvée, les parents ont ensuite occupé la classe. Parmi eux, Caroline, Emeline, Quitterie et Cécile, 4 collègues membres du collectif « mutez nous », enseignantes formées, expérimentées, prêtes à prendre un poste dans les Landes au pied levé, et attendant leur mutation dans le département depuis plusieurs années, contraintes à l’inactivité ou à enseigner à des centaines de kilomètres de chez elles.

303235_15563377_460x306.jpgPhoto Sud ouest

  L’aberration est là, évidente !

Selon Patricia Roumegoux, directrice de cabinet de l'Inspection d'académie, la veille, 40 classes (sur 350) étaient privées d'enseignants ! Le motif annoncé : un nombre important de congés maternité couplés à une épidémie de gastro et de grippe. Qu’on se rassure donc, les enseignantes des Landes font le nécessaire pour remplir leurs écoles !!! Les fermetures devraient donc pouvoir être évitées !!! :)

 

Une délégation de parents a été reçue l’après-midi même, à l’inspection des Landes par M. Weber, IEN adjoint, Françoise Mounie, IEN sur la circonscription de Mont de marsan Sud Chalosse et Mme Merka du service du personnel. Caroline des « mutez nous » aussi maman d’élève de cette classe, a tenté d’expliquer que l’intégration d’enseignantes, attendant leur mutation depuis trop longtemps pourrait être une solution où tout le monde serait gagnant (sur étude de dossiers et sans passe-droit bien sûr) : une enseignante retrouverait son activité ou des conditions correctes de travail, les enfants auraient une enseignante, les équipes enseignantes pourraient travailler dans des conditions plus sereines, les parents seraient rassurés de laisser leurs enfants à une enseignante formée, expérimentée et motivée, l’administration dans son ensemble jouirait d’une situation plus confortable dans un climat apaisé. Mais la discussion sur le manque d’enseignants était visiblement à bannir et le grand Maître BUDGET, souverain absolu, a décidé qu’une « solution » gratuite devait être trouvée… 


La classe sera assurée par la toute nouvelle enseignante, stagiaire, bénéficiant d’un résidu de formation, assurant la décharge de la directrice dans une classe de CM1/CM2 dans laquelle elle s’est investie depuis le début d’année, mettant en place des projets avec les élèves, des progressions sur l’année, dans un souci d’être à la hauteur de sa mission, mais aussi de répondre aux exigences drastiques de l’évaluation dont elle va faire l’objet.

Et bien non  « la stagiaire » ! Tu passes du jour au lendemain du CM en petite section, t’oublie tes projets, tes mémoires pour valider ton année, tu peux jeter les 15 « fiches de prep » réalisées chaque jour jusqu’à 1h00 du mat, et tu commences direct un remplacement! Bienvenue parmi nous !

Bien sûr pour « la Directrice » plus de décharge, donc il faudra veiller à faire le travail  administratif prévu normalement sur 2 jours pleins en dehors du temps scolaire et en plus de la préparation de classe qui a maintenant doublée… La classe des petits ne sera toujours pas assurée les mardis, jour de formation pour l’enseignante stagiaire… 1/4 du temps les élèves seront donc répartis dans les autres classes…

Ouf ! Une solution trouvée… Plus que … 39… Alors que les formations continues sont déjà annulées et que beaucoup de directeurs reprennent déjà leur classe sur le temps de décharge.... Ne serait-il pas judicieux d’intégrer dans un premier temps des enseignants formés et expérimentés plutôt que de les laisser dans l’inactivité ou la détresse, alors même qu’il devraient pourtant bénéficier de la loi sur les rapprochements de conjoints?

 

 Le nombre d’élèves annoncé dans les Landes pour l’an prochain augmente (+27), 7 postes doivent encore être supprimés…

Les parents devront donc sans doute rester mobilisés …

165717 10150090815809207 574574206 5898713 5030021 n

Ces derniers jours dans la presse …

http://www.humanite.fr/27_01_2011-2801-les-parents-d%C3%A9l%C3%A8ves-de-benquet-40-se-mobilisent-463421

http://www.sudouest.fr/2011/01/29/42-classes-sans-instituteur-303235-4624.php

http://www.sudouest.fr/2011/01/28/benquet-40-les-parents-d-eleves-occupent-une-classe-303165-3302.php

http://www.sudouest.fr/2011/01/28/benquet-40-les-parents-d-eleves-occupent-une-classe-303165-3302.php

http://www.sudouest.fr/2011/01/27/quand-l-ecole-bricole-301887-640.php

http://www.20minutes.fr/article/655080/bordeaux-les-instits-vont-faire-plus-rares

http://www.sudouest.fr/2011/01/18/le-primaire-perd-s-ept-postes-293152-2780.php

http://www.pyreneesinfo.fr/actu/landes-communique-du-parti-socialiste-2/

http://www.sudouest.fr/2011/01/23/la-colere-mise-en-scene-297871-4344.php


Partager cet article

Repost 0
Published by valérie
commenter cet article

commentaires

Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives