Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 18:23

DSC06623.JPG

Vendredi 18 mars, des enseignantes du collectif "Mutez-nous" vivant dans la région Aquitaine se sont rassemblées devant le rectorat de Bordeaux afin d'exprimer leur mécontentement après les résultats des permutations informatisées du 14 mars. En effet beaucoup d'entre nous n'ont toujours pas obtenu de mutation alors que certaines l'attendent depuis 5 ans, voire 6 ans!!!

 

Nous avons été reçues par le secrétaire général, Monsieur Eyssautier et le DRH, Monsieur Le GALL . Nous avons présenté nos situations et abordé les problèmes des barêmes et les injustices qu'ils génèrent lors des permutations informatisées . Ils ont été tous les deux très à l'écoute et ont reconnu que le système pouvait paraître illisile et compliqué. Ils nous ont conseillé de nous adresser aux syndicats pour ces problèmes-là (apparamment ce serait, selon eux, les syndicats qui seraient à l'origine du changement du système des permuts).

DSC06616.JPG

Nous leur avons demandé de faire remonter aussi toutes ces difficultés et injustices au niveau national.

Nous avons demandé s'il y avait des possibilités d'inéats cette année pour des personnes hors-académie. Monsieur Eyssautier a répondu que l'académie n'aurait plus le problème du surnombre cette année, car il avait été résorbé (notamment par la baisse du nombre de places au concours) et qu'il pourrait y avoir des inéats accordés cette année. D'autant que 200 dossiers de départ à la retraite de mères de familles de 3 enfants ont été déposés et qu'un certain nombre devraient être confirmés pour fin juin. Il a précisé que des profils particuliers seraient privilégiés ( langue basque, occitane, ASH...).

Ils ont conclu tous les deux en disant que cette année , voire l'année suivante, les perspectives seraient meilleures pour intégrer l'Aquitaine.

 

                                                                                                                                                                          Annabelle GUIHO

Partager cet article

Repost 0
Published by mutez nous
commenter cet article

commentaires

gérie 04/04/2011 20:04


J'espère vraiment que cette année tout cela va bouger en Aquitaine comme vous le dites.... Pour ajouter un commenatire perso, je précise que mon mari était militaire, que pendant deux ans il a
galéré pour trouver un cdi après sa reconvertion et que sa boite se trouve dans les Landes. Moi j'ai passé le concours dans mon académie mais je n'ai pas eu le département que je souhaitais mais,
malheureusement, un qui était très déficitaire et aujourdhui je me retrouve donc depuis deux ans à 700 Km de mon chéri, à payer des frais de dingue entre la double résidence, les transports .... et
sans pouvoir réaliser de réels projets comme faire un bébé par exemple ce qui n'est pas incroyable à plus de 30 ans...
Bref, je n'ai pas eu ma permutation cette année et quand je vois que d'autres ont eu le département que je souhaitais ( les Landes ) ou un limitrophe avec moins de points que moi et parfois même
sans rapprochement de conjoints car ils venaient d'un département facile à quitter je ne suis pas d'accord avec ce système ! A quoi sert le barème alors ????
Vivement que cette injustice s'arrête, si je n'ai pas mon ineat / exeat, ce qui est fort probable je n'aurai pas d'autre choix que de continuer à bosser à 700 km car je n'ai pas les moyens de me
mettre en dispo et je ne veux pas perdre de points si c'est pour me faire souffler la place une fois encore !!!!!!


karine 26/03/2011 11:51


Dernière chose, être séparée à 26 ans de son conjoint est une chose que nous avons toutes accepté quelques années. Etre séparées à 40 ans avec des gosses, ce n'est pas la même chose. Quand ça dure,
c'est impossible à vivre. Et là le problème, c'est que ça dure...Pas un an, mais 2, 3 4 ou même 5 ans...


karine 26/03/2011 11:47


Guillaume, je te propose surtout de lire l'argumentaire du blog. Tout y expliqué. Mes collègues, pourtant instit, n'imaginaient même pas que le système était ce qu'il est. On m'a dit tous les ans
"avec tes 2 gosses et ton rapprochement, tu vas rentrer chez toi". Et à chaque fois, personne ne comprend que je ne peux pas rentrer.
Autre chose, j'ai une collègue, femme de militaire, qui a bougé pas mal, et elle m'a dit qu'elle avant 2008, elle n'avait pas de problème pour rejoindre son mari (même dans les Landes !).
Aujourd'hui, elle sait que quand il va bouger, selon le département, elle ne pourra plus travailler. C'est aussi simple que ça. Elle peut choisir peut-on dire ? Eventuellement, sauf que ce n'est
pas si simple les mutations des militaires. Et dans le privé, on ne choisit pas forcément non plus : beaucoup de filles du collectif ont un mari qui a trouvé du boulot dans le sud de la France et
qui entendent régulièrement qu'elle voulait aller au soleil...
Et je rappelle qu'une offre de travail raisonnable à l'ANPE est de moins de 50 km du domicile du demandeur d'emploi. certaines sont à 100, 900, 7000 km... Mais tout va bien, dans le meilleur des
mondes.


MONTREJEAU Hélène 26/03/2011 11:44


Les choses ne sont pas aussi simple Guillaume...Nous ne vivons pas dans un monde où tout est blanc ou noir...Il y a des nuances. Beaucoup d'entre nous ont été titulaires ou ont passé le concours
dans l'Académie qu'elles souhaitent rejoindre... Leurs conjoints ont des professions où on leur demande la mobilité.
Nous ne sommes pas des calculatrices qui avons passé le concours dans une académie où le nombre de postes est plus important pour ensuite demander une mutation dans notre région de coeur. Si c'est
que tu crois, c'est que ta situation personnelle t'empêche de regarder nos réalités. Nous sommes des enseignantes brillantes qui avons passé le concours là où nous vivions à l'époque et qui avons
suivi nos conjoints et nos enfants là où leur travail l'exigeait. Un exemple, le mien (c'est celui que je connais le mieux) : avant que mon mari soit muté en Guyane, j'étais titulaire de la Haute
Garonne (sacro saint département impossible à avoir), son contrat se terminant, sa société l'a ensuite muté dans le Tarn. Il ne s'agit pas de mutation touristique, juste de la réalité économique de
notre pays: les boites privées exigent souvent de leurs employés la mobilité...Tu sais , celle qui nous est refusée...Pourquoi devrais je vivre à 7000 km de mes enfants? Pourquoi devrait on éclater
notre cellule familiale? Ta situation personnelle t'aveugle et te fait perdre toute objectivité sur nos situations et tu en deviens très insultant. C'est vraiment navrant.Navrants sont ces gens qui
jugent sans mener l'enquête jusqu'au bout.


karine 26/03/2011 11:41


Pour la plupart des mutez nous, ce n'est pas une question de passer un concours dans une autre académie.
Nous avons pour la plupart, vécut là où nous travaillons toujours. Maintenant, nous ne pouvons pas bouger. Le problème qui se pose énormément c'est le problème des départements déficitaires, où on
peut avoir de l'ancienneté, avoir enseigner des années, et ne pas pouvoir sortir de ce départements alors que beaucoup de gens rentrent dans le département où est ta famille. Pourquoi sommes nous
obligées de rester advitam eternam dans ce département ? Parce qu'il est déficitaire ? il y a d'autres solutions pour nous laisser partir, prendre un peu plus de stagiaires, par exemple... Pour
avoir tourner le problème dans ma tête, je ne vois pas pourquoi nous serions les dindons de la farce de ce système pourri. Une personne de notre collectif a travaillé des années en région
parisienne, elle a il me semble 51 ans. Son mari a obtenu une opportunité dans un autre département : malheureusement, elle ne peut sortir du département ultra déficitaire !
Nous ne sommes des jeunettes qui par souci de rentabilité ont passé le concours dans une région déficitaire. Nous sommes souvent des instit expérimentées. Pourquoi devons subir ce système injuste.
Nous vivons dans un monde où se battre est mal vu. les syndicats pensent aussi que le système est injuste. je me sens plutôt légitime du coup...


Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives