Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 21:28

J- 48 avant le résultat des permutations informatisées....

 

Sans se l'avouer, nous attendons cette échéance qui va dicter, encore une fois, nos vies !!!


11 Mars 2013, date fatidique à laquelle personne n'ose penser...


Quelle sera notre réaction lorsque le cruel SMS arrivera ?


"Madame xxx, mouvement interdépartemental 2013, votre demande de changement de département n'a pas pu être satisfaite. La DGRH"...  


19 mots pour anéantir cette trop longue attente,

19 mots pour anéantir tous nos espoirs,

19 mots pour séparer une famille...

 

Mais cette année, les barèmes ont augmenté.... L'administration n'a que ça à nous répondre, elle se veut optimiste.... "Vous verrez, cela changera les choses... "


Alors, écran de fumée pour nous berner (une fois de plus !!)  ou réèl espoir pour tous ces Mutez-Nous (et tous les autres qui ignorent même notre existence) !!!

 

J- 48 pour lire (ou ne pas lire) ces 19 mots si injustes...


Allez restons sur une note optimiste :

19 mots pour muter... tout simplement !!

MUTEZ NOUS !!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Collectif MUTEZ NOUS
commenter cet article

commentaires

Anne 13/02/2013 21:18

J'avais suivi le blog à ses débuts, puis... cela fait vraiment plaisir de voir que cette initiative personnelle est aujourd'hui à l'origine d'actions collectives.
Rien à dire sinon bravo !

marianne B 23/01/2013 21:08

c'est exactement çà! le stress monte ! je ne sais pas comment je surmonterai un autre NON ! c'est pas croyable quand même!!

Aurélie Bossard 23/01/2013 09:10

Ah ce sympathique message... L'an passé, j'étais en poste quand je l'ai reçu, forcément, je guettais mon téléphone... Dur de continuer la séance après....

Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives