Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 19:23

J-3

Depuis quelques semaines, chaque jour est compté...  Lundi 14 mars, dans 3 jours, le verdict tombera... Chaque professeur des Ecoles aura la réponse à sa question : "vais-je avoir ma mutation ?".

 

Le grand ordinateur, maître des permutations, va nous révéler qui va obtenir la  mutation tant attendue afin de pouvoir  juste exercer son métier et rentrer  chez soi le soir, ou qui restera encore à la maison une année ou dans un petit boulot  attendant un hypothétique changement, ou bien encore qui devra repartir travailler  à des centaines de kilomètres de sa famille durant l'année scolaire 2011-2012. Certaines choisiront même peut être, lasses de ce dédain et de cette injustice, de démissionner afin d'avoir une petite chance de sortir de la précarité...

Un OUI ou NON, arrivant par texto,  qui change TOUT pour ceux et celles concernés...

Chacun spécule alors, combien passeront devant moi cette année avec un barème inférieur ou même sans aucune priorité de mutation? Est-ce que cette fois-ci mon numéro sera gagnant ? Est-ce que comme l'an passé, toute chance d'intégration sera anéantie à la suite de ce résultat arbitraire et inhumain?

 

Une chose est sûre, nous dénoncerons ce système s'il laisse encore certaines d'entre nous sur le bord du chemin sans prendre en compte leurs situations prioritaires.

 

Les besoins d'enseignants, partout, sont évidents, de nouveaux collègues arrivent sans formation ni accompagnement,  et nous ne pourrons accepter que, pour le "bon fonctionnement du service", nous, enseignantes formées, expérimentées, volontaires, nous ne puissions reprendre nos fonctions chez nous.

 

Motivées, mobilisées, nous attendons avec impatience de connaître le sort que notre administration nous réserve, et après tant de concertations, de rencontres, de promesses bienveillantes du Ministère, avec tout le travail et le soutien des syndicats, d'élus, l'encouragement de nombreux collègues et de parents d'élèves aussi, nous espérons une issue raisonnable et cohérente avec les besoins du terrain pour TOUS les enseignants dans notre situation .


paris-le-13 6083

Partager cet article

Repost 0
Published by valérie
commenter cet article

commentaires

Cath 14/03/2011 17:56


Eh bien ça y est, le verdict est tombé pour moi:
"vous n'avez pas obtenu satisfaction".
Je ne sais plus comment faire. Bon courage à toutes celles dans la même situation.


Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives