Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 20:05

Je suis une Mutez nous "historique" (sympathisante depuis le mois d'août du sit-in au rectorat de Bordeaux par Valérie and Co), coincée pour la 3ème année en rapprochement avec enfants (et pour la 8ème, en vrai) dans le 28, département déficitaire. Aujourd'hui, je baisse les bras, lasse de tout ce combat... Pourquoi ?

-parce que nous ne sommes pas entendues par notre administration, qui reconnaît très souvent, malgré tout l'absurdité du système de mutation. Dans le secondaire, j'aurais eu ma mutation depuis un moment.

-parce que nous sommes discréditées par les syndicats majoritaires, qui ne veulent pas entendre critiquer ce système qu'ils ont choisi.
-parce que les acteurs sociaux de l'éducation nationale sont sourds également : médecin (celle qui s'occupe des conditions de travail, si si, et qui vous engueule parce que vraiment, vous demandez la lune), assistante sociale (qui recommande de s'endetter, de filer une maladie à mes gosses ou de m'en trouver une, ou même les 3 en même temps, ça ira plus vite pour muter)
-par l'entourage qui ne comprend pas mon mécontentement de "privilégiée", protégée du chômage. Parce que je devrais être contente d'habiter là où je le souhaite, et puis, "faire la route, c'est pas si dur à mi-temps", non, sûrement (je défie quiconque de se taper ça en hiver), et c'est aussi une moitié de salaire amputée de 6 à 9 h de route hebdomadaire.

-parce que ça me fatigue et que la route suffit amplement à le faire.

-parce que j'ai vu mes copines être mutées une par une, et que ça fait plaisir pour elles, mais que nous on reste, et que franchement, on préfère oublier.

- parce que la belle solidarité du groupe me semble être compromise par le départ des plus actives, même si j'espère que les filles qui arrivent vont recréer ce mouvement soudé et qui vraiment a crée de belles amitiés et un soutien indéniable.


Le système reste pourri, les "pistons" sont légions. Nous sommes dans l'impasse devant ce système rouillé, inefficace qui ne respecte rien et surtout pas les fameuses priorités de la loi.

Des personnels rentrés dans mon département ne bénéficiaient même pas des priorités auxquelles je prétends, comme la plupart des Mutez Nous.

L'an dernier, 21 personnes avec un barème inférieur au mien sont entrées dans le département où j'habite, la même chose cette année.


Quand aux départements déficitaires, ils nous retiennent contre notre gré, pour garder un poste à mi-temps qui "emmerde" tout le monde : mes collègues, mon complément de temps partiel (que je ne vois pas beaucoup, je ne viens pas mes jours non travaillés, évidemment), l'inspecteur qui trouve très ennuyeux une personne qui passe sa vie sur la route et peut rester coincée les jours d'intempéries (comme je le comprends,  le manque de remplaçant crée aussi ce genre de problème) et surtout les élèves qui ont deux maîtresses, dont une pas très étanche quand la route a été plus dure que d'habitude.

Que ces départements soient déficitaires ne me regarde pas, je ne suis pas décideuse (enfin, je suis syndiquée et je vote pour le syndicat le plus efficace malgré tout). Qu'on trouve des solutions me semble urgent.

Les syndicats nous ont qualifiées de "personnes qui voulaient des passe-droits". Nous voulions simplement montrer l'absurdité de ce système. Nous vivons toutes des situations difficiles et nous n'avons pas le temps d'attendre 1 an de plus, tous les ans. Les syndicats, je les ai sollicités, ils ont juste dit que le système était comme ça. Soit, mais, ne pouvons nous pas l'améliorer ? Alors, nous nous sommes regroupées, pensant les faire réagir.
Ils trouvent sans doute qu'il est normal de retenir les gens, de faire entrer des prioritaires plus que douteux (que vous soyez faibles ou puissants...). Et surtout de laisser les autres sur le carreau sous prétexte de "manque de place".

Bref, je pensais que nos voix seraient au moins entendues par les syndicats qui nous représentent (je suis syndiquée depuis toujours), ils sont là aussi pour ça, je pense, relayer les difficultés des personnels. Certains nous suivent, nous aident, admettent l'absurdité, je les en remercie.
Les autres ne comprennent pas notre détresse, je leur souhaite une mutation de leur conjoint et de subir la merde dans laquelle nous vivons pendant des années.

Voilà, je reste une Mutez Nous solidaire, mais lasse, qui demande juste LA REGULARISATION IMMEDIATE DES RAPPROCHEMENTS DE CONJOINT POUR TOUS LES PERSONNELS CONCERNES (et pas seulement les Mutez Nous). Ceci étant tout à fait possible et n'entraînera aucunement des engorgements ou autre départements dépeuplés.



Je vous souhaite bien du courage.

Karine


Voilà à ce sujet mon échange avec le médiateur, si certaines ont l'idée de le saisir, sachez qu'il ne répond pas aux questions précises. La dernière réponse apportée laisse un goût bien amer…



MOI :
Madame la Médiatrice,

Suite à de nombreux courriers à mon administration restés sans réponse, je me permets de vous alerter sur le problème des mutations des professeurs des écoles qui laisse de nombreux professeurs dans des situations dramatiques.

Je suis en attente de rapprochement de conjoint avec enfants depuis 3 ans.
J'ai contesté le résultats des permutations informatiques (mouvement de mars) qui laissait, à nouveau, entrer dans le département où j'habite avec ma famille, des personnels sans priorité (conformément aux barèmes).
A ce jour, et malgré un deuxième envoi en recommandé, aucune réponse ne m'a été donnée.

J'ai participé à la deuxième phase des ineats exeats en juin. On m'a, à nouveau, opposé un refus, le 3ème.

Je vous saisis donc afin que l'administration prenne en compte les situations familiales difficiles durant depuis plusieurs années et que l'article 60 de la loi du 11 janvier 1984, pour rapprochement de conjoint, soit enfin appliqué.

Pour ce faire, je vous joins en pièce jointes le recours que j'ai envoyé à l'administration, à monsieur le Ministre de l'Education Nationale, sous couvert de l'Inspecteur d'Académie de l'Eure et Loir où je suis en poste. en recommandé après le résultat des permutations le 14 mars 2011.

Espérant avoir une réponse de votre part, je vous prie d'agréer, madame la Médiatrice, mes salutations distinguées.

LUI :
Madame,

Je donne suite à votre message du 21/06/11 dans lequel vous me dites souhaiter mon intervention afin que vous puissiez obtenir une mutation dans le département d'Indre-et-Loire. Professeure des écoles en poste en Eure-et-Loir depuis 7 ans, vous demandez un rapprochement de conjoint depuis 2009.

Je suis au regret de ne pouvoir vous apporter un appui.

La DGRH m'a indiqué qu'aucune sortie du département d'Eure-et-Loir n'a pu être opérée dans le cadre des mutations, ce département étant fortement déficitaire. L'inspection académique (IA) d'Eure-et-Loire vient de me faire savoir pour sa part que trois personnes avaient été autorisées à quitter l'Eure-et-Loire pour l'Indre-et-Loire dans le cadre des permutations : ces personnes disposent d'un barème supérieur au vôtre.

L'IA me signale par ailleurs que votre conjoint étant lui-même fonctionnaire, il lui est loisible de présenter de son côté une demande de mutation en Eure-et-Loire, laquelle lui serait très probablement accordée, afin de faire cesser la situation de séparation de conjoint dont vous déplorez les conséquences.

Veuillez agréer, Madame, l'expression de mes salutations distinguées.




L'adjoint de la médiatrice de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur

MOI


Monsieur,

Je me permets de répondre au courriel que vous m'avez adressé, Monsieur l'Inspecteur d'Académie s'étant permis de se renseigner sur mon métier et mes choix de vie, je me dois de justifier cette réclamation à nouveau.
Je ne souhaitais pas de "conseils" concernant mes choix ou mes contraintes de vie. Cela concerne ma vie privée et familiale dont monsieur l'Inspecteur d'Académie de l'Eure et Loir ne s'est jamais soucié, et sur lesquelles il n'a pas, il me semble, à intervenir. Et je suis assez grande pour prendre les décisions qui doivent être prises dans ma vie personnelle.

D'ailleurs à ce sujet, Monsieur l'Inspecteur d'Académie du 28 a des renseignements très précis sur la fonction publique en général, mais me semble mal renseigné sur les possibilités de mutation des fonctionnaires en général.

Votre message, en outre, comporte des énormités que je devais corriger :
- vous expliquez qu'aucune sortie d'Eure-Et-Loir n'a été accordée dans le cadre des mutations, pour ajouter ensuite que 3 personnes en sont sorties. Je ne comprends pas votre phrase. De plus des personnes avec un barème moindre que le mien sont sorties lors des permutations 2011. Comment expliquez vous cela ?

- Ensuite, vous ne répondez pas sur le fait que des professeurs des écoles aux barèmes moindre que le mien (32 points, donc AUCUNE PRIORITE) ont pu entrer en Indre-Et-Loire aux permutations car venant de départements autres que l'Eure-Et-Loir. Quelles explications pouvez-vous avancez sur l'iniquité du système ?

Le département d'où je viens laisse sortir des personnes avec un barème moindre que le mien, et la Touraine où je veux rentrer laisse rentrer des personnes avec des barèmes moindres, et c'est cela que je conteste. La loi pour rapprochement de conjoint n'est pas respectée (article 60 de la loi du 11 janvier 1984, pour rapprochement de conjoint).

Vous précisez que sa situation étant bloquée, je peux demander à être muté en Eure-Et-Loir afin que notre foyer ne soit plus séparé. Je constate que votre solution est donc que nous renoncions à vivre dans ce département que nous avons choisi pour diverses raisons (qui me semblent légitimes), et que vous ne connaissez pas. De plus, j'ai passé et obtenu le concours de PE dans le département d'Indre-Et-Loire  où je résidais depuis quelques années (j'ai beaucoup déménagé dans ma vie et ne suis pas allergique aux changements).
Mon affectation en Eure-Et-Loir m'a été imposée par le rectorat. J'ai accepté cette affectation pensant peut-être savoir une mutation un jour. Vous confirmez donc que je n'en ai pas le droit, malgré les textes en vigueur.

De plus, vous écrivez que mon conjoint devrait demander sa mutation vers l'Eure-Et-Loir car il l'aurait sûrement. Visiblement, vous méconnaissez la situation des autres ministères car la suppression massive d'emploi, dont le ministère des finances dont il fait partie, est le fer de lance, complique voire anéantie toute velléité de mutation. Au cas particulier, son ancienneté administrative ne lui permet pas forcément d'obtenir l'Eure-Et-Loir.

Enfin, je tiens à vous préciser que l'orthographe de l'Eure-Et-Loire est Eure-Et-Loir. Le Loir est une rivière alors que la Loire est un fleuve. Je tiens à vous le préciser car il est important de comprendre que ces deux cours d'eau sont distants d'une centaine de kilomètres. Si, vous faisiez la route chaque jour comme moi, vous le sauriez.

En espérant vous avoir éclairci sur ma demande et en attendant votre réponse, je vous prie d'agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.


LUI
Madame,


Je vous confirme les indications données dans mon précédent message et vous informe que je procède à la clôture de votre dossier dans mon service.


Veuillez agréer, Madame, l'expression de mes salutations distinguées.

L'adjoint de la médiatrice de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur

                                                                                                                           Karine

Partager cet article

Repost 0
Published by mutez nous
commenter cet article

commentaires

Coraline 07/09/2011 12:49


Courage Karine. j


boutroy 06/09/2011 14:30


C est lamentable!!! Mon mari, gendarme, a subit la dissolution de son escadron à Niort et vient d etre muté à Lesparre-Médoc en Gironde, nous avons 2 jeunes enfants, 27 et 12 mois, et évidemment,
je n ai pas eu mon inéat (pas assez de points), c est la galère alors je suis "contrainte" de garder mon poste en Deux Sevres afin de "gagner" les points de séparation pour ne pas que cette
situation traine trop d années! J ai demandé un 80% annualisé afin de reculer l échéance de la reprise à 350km, je reprends donc le 17 octobre. Mais, nous sommes isolés, pas de famille sur place
pour garder les enfants lorsque mon mari doit partir au beau milieu de la nuit...Alors comment faire? Les mettre chez nounou du lundi matin au vendredi soir? Il est hors de questions de leur faire
subir cela, ils ne comprendraient pas et puis ce serait la banqueroute financière assurée!!! Nous avons tout fait (médiateur, recteur, maire, député, services sociaux), d ailleurs l assistante
sociale s étonne en me disant que j ai de la chance d avoir un mari qui travaille et un logement de fonction et qu elle ne voit pas en quoi notre situation est grave! Hors, nous avons de grosses
charges financières et un budget construit autour de 2 salaires pleins, nous n aurions pas pu anticiper la dissolution de l escadron qui s est faite en 6 mois et la mutation d office... La
situation est aujourd hui compliquée! L administration est bloquée par des budgets serrés et ne peut rien faire pour nous "dixit" DGRH de Bordeaux!!!


Aurélie 01/09/2011 20:51


révoltant...


Ariella 27/08/2011 20:57


Je viens de lire le post et je suis totalement sidérée par les réponses (les non-réponses, mais ça j'ai un peu plus l'habitude) !!

Je comprends franchement que cela puisse dégoûté !

Je suis vraiment de tout coeur avec toi et avec les autres PE qui demandent une mutation. De notre côté, nous avons envoyé un courrier à notre recteur pour lui demander audience. La lettre est
partie en milieu de semaine, on espère avoir une réponse rapidement (mais j'ai un doute sur ladite rapidité...).

Bon courage à tous et à toutes !!!

Ariella


Karine 27/08/2011 19:05


trêve de plaisanteries : le système est en place comme cela. Il est opaque. je crois sincèrement que cela arrange tout le monde. Et en même temps, les textes sont si flous qu'on reste dans la
légalité. Donc aucun moyen de contester. les autres administrations agissent avec beaucoup plus de transparence. Même le système des Prof du secondaire n'est rien au regard du nôtre. Dans le
secondaire, j'aurai déjà été mutée (ceci est vérifié), si je pouvais passer dans le secondaire je l'aurais fait (pourtant j'aime mon métier).


Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives