Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 19:30

 

Audience du 03/10/2012

Rectorat de Bordeaux

 

Présents :

Rectorat : Mme Michèle JOLIAT (Secrétaire Générale) ; Mme Claude GAUDY (Secrétaire générale adjointe Déléguée aux relations et ressources humaines); M Jean-Jacques LACOMBE  (DASEN des Landes)

Mutez-Nous : Béatrice AGUTTE (Gironde) ; Marie BOUTROY (Gironde) ; Maud RANSINANGUE (Landes) . Magali TONNEAU (Landes)

Représentants syndicaux : SNUDI-FO 33 (Marc), SE-UNSA 33 (Céline) et SNUIPP 33 (Célia)

 

 

Tour de table de présentation


Mutez-nous : récapitulatif des audiences des audiences des 13 et 18 juin 2012 :

Remerciement pour l’établissement des critères de classement des inéats (qui devraient perdurer dans "un souci de continuité" selon la secrétaire générale) : rapprochement de conjoint, ancienneté de la demande du 1° voeu aux inéats, nombre d'enfants à charge et barême des permuts.

Evocation des passe-droits des Landes et de Gironde.

Rappel de la situation du Lot-et-Garonne avec des échanges mais pas d’ineat : manque d’enseignants

Les Pyrénées Atlantiques qui ont donné la priorité aux langues régionales.

 

Mutez-nous : une annonce faite la veille nous apprend que des points seraient attribués aux personnes en disponibilité ou congé parental forcé du fait d’un rapprochement de conjoint mais, avoir beaucoup de points de barème, ne nous servira à rien s’il n’y a pas plus de postes pour entrer dans les départements

 

 

Mme Joliat : Cette année 50% de postes supplémentaires tous concours confondus, 349 pour l'Académie. C’est le ministère qui gère les calibrages pour réguler sur toutes les académies et donc les académies, dans un souci d'équité sur le territoire, doivent répartir les ressources humaines

"L'académie doit faire face à un problème d'attraction" il y a beaucoup de demandes donc le solde du mouvement est plus important.

 

Mutez-nous : nous faisons remarquer que la plupart d'entre nous ont "atterri" en Aquitaine suite à des mutations de leurs conjoints et que par conséquent ce n'était pas le côté attractif du coin qui nous intéressait mais bien être auprès de nos familles ... de plus les académies du sud ne sont pas les  seules académies à avoir des demandes…

 

Mme Joliat : Le rectorat attend la circulaire nationale pour mi-novembre et nous confirme sa volonté de travail dans la continuité par rapport aux permutations et notamment par rapport aux critères de classement des ineats.

 

Mutez-nous : Nous soulignons le fait que malheureusement les MN (et les autres) qui sont bloquées ne passent pas aux permutations et fondent donc leurs espoirs sur les ineat

 

Mme Joliat : Les ineats dépendent des recteurs par rapport au secteur du travail et sur l'académie entière. L’académie de bordeaux est globalement excédentaire même si le Lot-et-Garonne est déficitaire (Gironde excédentaire).

 

Mutez-nous : Pourquoi les 65 postes de la rentrée ont-ils été tous pourvus par des listes complémentaires (LC) ?

 

Mme Joliat : C’est une "Demande du ministre" donc impossible, comme nous le proposons, de "garder" des places pour des ineat. Si certains départements y ont eu recours c'est par rapport aux calendriers des concours tombant à différentes dates et qui étaient donc juste en LC ... il faut croiser tous les paramètres au niveau rectoral sur des départements différemment pourvus. Le nombre de 349 places au concours a été revu à la baisse pour favoriser les permutations.

 

Mutez-nous : Nous souhaitons que ce genre d'action soient annoncées et plus larges pour désengorger des situations anciennes.

 

Mme Joliat : Le CTN aura lieu le 20 décembre.

 

Le SNUIPP souligne la baisse constante ces dernières années des possibilités de mutations et des situations de blocage inacceptables. Il y a tout de même de l'espoir quant aux points de séparation pour les dispo et les congés. 


Mme Joliat se déclare comme quelqu'un de "très légaliste" et explique qu'étant en surnombre il n'y a rien à faire et qu'il faut travailler dans un souci d'équité dans la totalité et donc sur les 5 départements même s'ils présentent des spécificités et des besoins différents.

Le recteur est "responsable de 2.6 milliards d'euros de masse salariale" et "arriver par la forme la plus légale possible" (... à impulser des changements) est " la première priorité" de la secrétaire générale.

Elle nous propose de refaire le point à l'issue des phases de permutations avec les 5 DASEN (nous avons proposé de prendre immédiatement RV ...!).

Selon elle l'allongement des retraites joue également sur le calibrage et le surnombre (nous arguons du fait que si des besoins se faisaient sentir en cours d'année nous serions prêtes à combler les manques ...)

Elle craint que nos actions ne soient "perçues comme des passe-droits".

 

Mutez-nous : Nous dénonçons cela. Ce ne peut pas être le cas car nous nous battons pour des changements en profondeur et sur la durée des règles de mutation, nous voulons trouver des solutions pour tous !

Nous rappelons la loi de 84 et l'interrogeons sur le recours à des contractuels envisagé (voire acté dans certains départements...)

 

Mme Joliat : Il ne sera jamais fait appel à des contractuels tant que l'académie est en surnombre ! Le recteur s’y opposera.

 

Mutez-nous : Il y a cependant déjà des problèmes de remplacement et nous y voyons des motifs d'espoir ...! Nous évoquons la loi de finances 2013 et son organisation en 2 concours où nous pourrions de nouveau en jouant sur les "quotas" espérer quelques places pour les ineat ...

 

Mme Joliat nous rappelle que cette loi doit d'abord être votée par les députés et qu'une communication devrait être faite dans les prochains jours, c'est une "question d'arbitrage ministériel".

 

Mutez-nous : nous abordons les problèmes de détachement dans le 2nd degré.

 

Mme Joliat : C'est "un problème d'approche disciplinaire et nationale (car mutation au niveau national )". De plus les enseignants absents n'étant remplacés qu'au delà de 15 jours certains cumulent des arrêts consécutifs et donc non prévisibles ... Elle nous propose de nouveau de nous rencontrer "si" après les permutations nous avons encore des soucis à évoquer (ce qui nous paraît inévitable !!!)

 

Les Mutez-nous évoquent toutes les démarches auprès des députés et des élus (dont Mme Joliat semble avoir connaissance). Nous dénonçons notre incompréhension et notre colère du fait des "renvois de balle" constants entre le rectorat et le ministère...

 

Les Mutez-nous  remercient leur trois interlocuteurs pour leur écoute et les avancées au niveau du classement des ineat et nous leur donnons RV après les résultats des permutations.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Collectif MUTEZ NOUS
commenter cet article

commentaires

Karine 30/10/2012 08:52

Mais où est l'intérêt de l'élève là-dedans ? Ils sont devenue de simples agents comptables. Le reste, on s'en fout.

Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives