Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 10:35

Partager cet article

Repost 0
Published by valérie - dans camping au rectorat
commenter cet article

commentaires

Emma 01/09/2010 17:02


Rebonjour

Dans la suite de mon post précédent, pour faire aussi des propositions au Ministère via les Recteurs et Inspecteurs d'Académie :

- réserver les permutations informatisées aux demandes de changement de département hors de son académie d'origine pour les rapprochements de conjoint = 1er mouvement interadacémique (en
novembre-résultat en janvier) en revoyant les critères retenus dans les barèmes (distance d'éloignement, situation familiale, statut du conjoint) et en traitant les demandes relevant du handicap à
part

- organiser un second mouvement intra-académique pour les demandes relevant des changement de département au sein d'une même académie en donnant la priorité aux demande de rapprochement de
conjoints (en janvier-résultat en mars) et en tenant compte des départements limitrophes dans ou hors académie d'origine (par exemple, la Corrèze, le Lot et la Dordogne sont limitrophes mais
appartiennent à trois académies différentes) et y adjoindre les demandes d'ineat-exeat pour les demandes non satisfaites en mouvement interacadémique, qui resteront prioritaires sur les autres par
le maintien des points acquis

- les mouvements départementaux (avril-mai) devraient aussi donner des possibilités d'obtenir des postes situés en limite de deux départements, qu'ils soient ou non de la même académie

Votre combat ne doit pas se limiter à des "revendications" qui sont perçues extérieurement comme des "plaintes" (attention, la souffrance doit être reconnue mais elle ne sera jamais porteuse
d'évolutions du système, il ne sait pas y répondre). Je le soutiens à 100% mais il me semble que les syndicats notamment manquent curieusement de force de propositions. Ils seront ce que nous en
feront.

Encore bon courage et chapeau pour votre ténacité !!!

Emma

NB > c'est un peu complexe et très imparfait donc à vos avis !


Marina METOIS 01/09/2010 15:10


Voilà ! 600 signatures pour la pétition "Lettre ouverte..." !


Emma 01/09/2010 14:48


Bonjour !
J'ai pris connaissance de votre situation - qui a été la mienne pendant seulement 3 ans - et je constate avec tristesse que j'ai eu de la chance !
J'ai obtenu mon intégration dans le département de la Dordogne grâce à un échange avec une collègue souhaitant intégrer le département de l'Eure et Loir pour rapprochement de conjoint également,
échange rendu possible par la grande efficacité d'un agent administratif de l'IA de Chartres ! (ce n'est pas de l'ironie).
Pour ce qui est du reste, il est clair que l'administration dans son ensemble manque d'humanité : on m'avait proposé la disponibilité et l'enseignement dans le privé ! Ce qui bien sûr fait perdre
des points au barème et que j'ai toujours refusé par principe ! Quant à "l'action" des assistantes sociales, je dirais qu'elle est quasi inexistante étant donné qu'elles n'ont qu'un avis
consultatif ! Enfin, les soucis de santé - sans relever du handicap - ne sont pas non plus pris en compte : les médecins des services des rectorats sont contraints à limiter leurs actions au seul
handicap reconnu par les MDPH ...
Quant aux départements d'accueil, les recteurs et inspecteurs ont toute latitude pour interpréter les textes à leur convenance : pour le Lot par exemple, pas d'ineat accepté sous prétexte que ce
département ne dispose d'aucune structure médicale spécialisée en cas de handicap reconnu ! Argument discriminatoire car limite de fait le nombre de départements limitrophes à celui qui est
sollicité.

Je me suis donc mise en congé maladie - à mi traitement - pendant 8 mois pour suivre un traitement médical en PMA en région parisienne (au bout 8 années, je serai maman dans quelques jours !) et
... vivre avec mon conjoint. Un médecin du rectorat m'a fait remarqué que la grossesse était une situation "temporaire" et que reprendre mon activité professionnelle à 550 km de mon bébé de 3 mois
n'avait "rien d'insurmontable" ... cela est blessant voire méprisant, j'en ai pleuré pendant une semaine !

Pour toutes, ne lâchez rien ! Quand cela est possible, ne pas accepter la disponibilité ...
J'ai personnellement appelé toutes les IA concernées chaque semaine de Mars à fin Juin pour suivre les dernières évolutions, j'ai écrit aux députés, aux présidents de Région ... je n'ai pas obtenu
mon département de résidence mais un département limitrophe à force de ténacité !

J'ajouterai dans les critères à retenir dans le barème : le statut du conjoint.
À savoir : enseignant du 1er ou 2nd degré, fonctionnaires du MEN, fonctionnaires de la fonction publique hospitalière, militaire, agents de police ...

Bon courage
Emma


BOURDENX 01/09/2010 14:40


Ben pour moi le pré-rentrée a eu lieu.....chez moi!
Dans l'impossibilité de faire garder mon fils et voulant être présente pour sa toute première rentrée, j'ai demandé à l'inspectrice de ma circonscription si je pouvais être absente ce jour (je suis
remplaçante à mi-tps, donc je n'ai pas grand-chose à faire!). Refus catégorique. S'ajoute à ça que ce sont encore les girondins qui ont eu les inéats pour les Landes...Ras le bol.
Du coup, je reste chez moi!

Courage!


Karine 01/09/2010 13:34


Voilà, nous on reste encore coincées un an dans ce département magnifique de l'Eure et Loir... On va pouvoir monter un dossier social pour cause de dépression, c'est le bon côté. Nan, j'essaie de
plaisanter, on continue à se battre...


Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives