Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 18:25
Les résultats sont tombés, par texto, puis par téléphone avec une gentille opératrice qui "suit son protocole de paroles" et qui "n'a pas accès aux données personnelles", puis par courrier papier ainsi que sur le serveur I-prof. La réponse est toujours la même (et oui, parfois les choses sont cohérentes aussi), pas de scoop donc.

 Lundi je dois reprendre à Lyon, et devrais me résigner à voir mes enfants 10 jours dans les 3 prochains mois.
Et puis recommencer encore tout ça l'année suivante... Et celle d'après aussi peut-être?

Je n'ai plus l'énergie. Je ne peux pas reprendre cette route, je ne peux pas me représenter devant cette classe et risquer de ne pas tenir plus de quelques semaines ou même quelques jours devant mes élèves. Ce ne serait bénéfique pour personne.

Je veux travailler, je veux enseigner, je suis prête à m'investir dans n'importe quel poste, mais je ne peux pas dans ces conditions, je ne peux pas le faire au détriment de ma famille, je me dois d'être un minimum présente, je ne peux plus quitter ma vie ici.

Je défais donc ma valise cette fois ; et oui, je l'avais un peu cachée, mais continuais à piocher dedans sans jamais la mettre au placard. Donc pour la première fois depuis 45 jours, je range mes affaires!

image0-2010-03-27-20-06-19--0100 image1-2010-03-27-20-07-56--0100

Partager cet article

Repost 0
Published by valérie - dans au quotidien
commenter cet article

commentaires

Bourdenx 29/03/2010 09:09


Bonjour,
je comprends parfaitement ta situation (je te tutoie, entre collègues!), même si la mienne est moins dramatique que la tienne mais à l'issue tout aussi incertaine voire inexistante.
Moi j'ai commencé dans le 24 en dordogne il y a six ans. Mon compagnon a été muté dans les landes en juin 2009. Il n'y a pas 900 km mais 4h15 environ de route et une desserte en train plus que
catastrophique. Bref, j'ai fait le mois de septembre en dordogne toute seule, pour voir si c'était réalisable...mes deux enfants (6 mois et 2 ans et demi) étant redescendus avec leur père (nous
avons vendu notre maison durant septembre).
Je descends donc tous les we et ne vois mes enfants que du samedi matin au dimanche 13H. Tout va bien jusqu'au jour où mon fils pleure en me disant "non maman ne pars pas, je veux un papa et une
maman".
Je me suis mise immédiatement en congé parental car le mi-temps n'était pas rentable financièrement. Et effectivement je m'aperçois que tous ceux et celles qui n'ont pas d'enfant mais qui sont
séparés nous passerons devant chaque année vu que EUX peuvent bosser loin de leur conjoint sans remords et que EUX ont des points de séparation (en plus 200 la deuxième année!). Et nous? Aucune
récompense du fait que nous privilégions notre vie de famille. On a qu'une vie, MERDE!

Bon courage...

Maëlle Bourdenx


lapin malin 29/03/2010 08:43


Courage tit dame,...


Qui Sommes Nous ?

  • : Enseignants en galère de mutation...
  • Enseignants en galère de mutation...
  • : Des professeurs des écoles en attente de mutation qui dénoncent le système injuste de mutation. NOUS REJOINDRE OU NOUS CONTACTER : collectifmuteznous@gmail.com
  • Contact

L'injustice du système

  Le système de mutation des enseignants du premier degré (qui a évolué en 2007/2008) présente des dysfonctionnements :

* Ce système ne respecte pas l’article 60 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée relative aux statuts de la fonction publique d’état qui donne la priorité :

* Aux fonctionnaires séparés de leurs conjoints

* Aux situations relevant du handicap

* Aux fonctionnaires exerçant dans les quartiers urbains sensibles

 

* Ce système crée des inégalités de traitement selon les départements. En effet certains départements déficitaires-prison refusent de laisser sortir des professeurs en attente de mutation (avec d’énormes barèmes) alors que les départements excédentaires mutent aisément leurs enseignants. Ainsi des collègues de départements excédentaires peuvent obtenir un département avec moins de points au barème qu’un collègue demandant sa mutation en provenance d’un département déficitaire : l'argument du barème national qui est le premier qu'on nous oppose n'est donc pas respecté.

 

* Ce système ne nous permet pas de nous projeter dans l’avenir car le calibrage des postes fluctue chaque année. Nos choix ne peuvent se faire en toute connaissance de cause. Comme si nos vies se jouaient sur un coup de dés. Il n’y a aucune échéance.

 

* La suppression massive de postes dans l’Éducation Nationale, dont nous sommes les victimes collatérales, accentue les dysfonctionnements du système de mutation.

 

* Le recrutement local réduit nos chances de mutation : des stagiaires sont affectés sur des postes dans les départements où nous vivons alors que nous attendons depuis des années et que nos mutations nous sont refusées.

 

Les situations causées par la non-obtention de la mutation, sont insupportables. En effet pour la plupart d'entre nous, cela fait plusieurs années que nous demandons une mutation pour rapprochement de conjoint sans avoir de transparence sur

la possibilité d'une mutation dans les années à venir. Notre vie privée est ainsi mise en attente avec impossibilité de se projeter dans l'avenir.

Recherche

Archives